Ende

25 Dec. 2015Nous sommes arrivé ici a Ende ce soir, une traversée magnifique au prés avec des vents de 5 à 25 nœuds sans vagues! Magnifique.
Je pense que demain l’équipage va faire une journée à terre. Moi je reste à bord pour garder le bateau. Puis nous démarrerons notre remonté vers Bali de 500 miles environ vent debout.

Une dernière soirée a Kupang

Nous passons notre dernière soirée a Kupang. Nous nous organisons pour partir demain matin. Il n’y aura pas trop de vent, mais noous pensons aller seulement jusqu’à l’ile de Roti qui est a environ une cinquantaine de milles. puis si les vents nous le permettent, nous remonterons vers Sumba et après vers l’ile de Flores, et sortir définitivement des zones de cyclones.
La météo annonce des vents très faibles, aussi nous nous organisons pour pouvoir nous arrêter s’il y a trop de Pétole.
Nous avons fait le plein d’eau potable que nous avons transportée avec l’annexe toute la journée. nous avons ce qu’il nous faut et c’est de l’eau filtrée!
Armin et Céline terminent le plein de fruits et légumes, et j’espère que nous aurons de la chance avec les nouveaux leurres que je viens d’acheter!

Kupang

Nous voici devant la ville de Kupang, Timor ouest, nous pensons y arriver ce soir, ou dans la nuit, il n’y a pratiquement plus de vent, mais encore 12 milles à franchir.

Puis demain matin nous ferons les démarches d’entrée en Indonésie! J’espère que tout se passera bien, nous avons notre visa d’entrée pour
chacun de nous, nous sommes en règle.

Ce matin nous avons vu une grosse baleine sauter hors de l’eau, c’était impressionnant, puis il y a quelques minutes, un bang de dauphin qui
sautaient eux aussi , ils avaient l’air de bien s’amuser. Il fait très chaud, heureusement que les tauds sur le cockpit sont efficaces.

En mer,

Nous voici encore en pleine mer, au sud de l’Indonésie en direction de Timor. Nous pensions y arriver dans trois jours, mais les bons vents que nous avions jusqu’à ces jours ci, commencent à diminuer. Nous marchons encore à 6 nœuds, mais pas pour longtemps malheureusement. Nous pensons quand même arriver d’ici 5 à 6 jours. Escale à Dili, Timor Oriental, indépendant, pour faire nos démarches administratives avec l’ambassade d’Indonésie. Puis après nous irons à Timor Occidental, qui lui est Indosésien à Kupang et là nous ferons notre entrée officielle en Indonésie, pour aller après vers Bali!

A bord nous avons pris deux thon l’un prés l’autre, chacun déploie toute son énergie pour faire des recettes originales. Aujourd’hui c’est Claire qui nous prépare du thon à l’ail et à ‘huile d’olive cru, et du cuit à coté pour ceux qui le préfèrent cuit (comme moi).

Nous croisons environ un bateau par jour, je pense que lorsque nous serons plus près des côtes il y en aura plus.

La température de l’air est de 33°, celle de l’eau est de 37°. Lorsque l’on prend une douche avec un sceau le soir, l’eau est bien plus chaude que l’air, heureusement que nous avons les capotes au dessus du cockpit pour la journée!

Yves

24 heures déjà!

Nous voici à nouveau en mer depuis un peu plus de 24 heures!

Un temps formidable. A 3 heures du matin hier, le vent s’est levé, 10 noeuds au mouillage, mais face au large, la mer qui commençait à se lever, nous étions un peu secoué, mais nous avons décidé d’attendre le lever du jour. Nous étions mouillés avec 40 m de chaine dans du sable, par 12 m de fond. Pas de nécessité de s’inquiéter.

A 5 heure avec les premières lueurs, nous avons remonté le mouillage sans peine et nous sommes parti sous GV haute sans foc, cela nous permettait de naviguer 100% vent arrière sans être obliger d’empanner souvent. Nous étions dans un chenal étroit entre de nombreuses îles : Tuesday Island, Wednesday Island, Thrusday Island, il y en a pour tous les jours de la semaine!

Une très belle journée s’annonçait. Mais le « Chanel » commençait à devenir étroit. A un moment nous avions 3 cargos devant nous, désirant emprunter le passage, et 3 derrière nous, nous rattrapant. J’ai vite filé en bordure de la route car ils étaient gros.

Puis le vent à fraichi, et la mer a grossi. Il y avait entre 10 m et 20 m d’eau! Les cargos allaient très lentement, attendant tous leur pilote. Nous nous sommes vite éloigné, le vent est monté jusqu’à 30 nœuds dans la journée pour s’établir cette nuit autour de 20 nœuds. Maintenant nous sommes à 18 nœuds, j’espère que ça va continuer! Nous avons bien commencé notre remontée vers Dili en Timor Oriental.

Livre ce recette : Le thon c'est bon!

Livre ce recette : Le thon c’est bon!

Lorsque Claire se réveillera, et que tout le monde sera là, nous empannerons et tangonnerons afin de reprendre une route directe, avec le grand solent en entier, et la GV à 2 ris. C’est la voilure que j’avais mise au point dans l’atlantique, qui stabilise très bien le bateau pour des vents de 15 à 25 noeuds. J’espère que nous les garderons!

Aujourd’hui je suis de quart de cuisine, si nous n’attrapons pas de poisson avant midi, je vais faire une tarte aux épices et au thon, recette trouvée dans « le thon c’est bon« . Hier Claire nous a fait un Tiramisu délicieux! L’équipage continu a avoir très bon moral.

Pour l’instant tout va bien à bord, nous avons encore eau et provisions! la vie est belle.

Yves

Au mouillage près de Thursday Island

Nous sommes actuellement au mouillage près de Thursday Island, nous avons demandé aux autorités locales si nous pouvions débarquer, mais ils nous ont dit que sans visa ce n’était pas possible. Très accueillant ces Aussi!
Ils acceptent que nous restions au mouillage sans sortir du bateau! Nous attendons du vent qui est annoncé pour dans deux ou trois jours, c’est mieux que de rester à la dérive a sec de toile! Puis nous allons avoir 15 nœuds d’alizé! l’idéal!
Depuis que nous sommes sur les hauteurs, entre 10 et 30 m de fond seulement par rapport aux 2 à 3000 m que nous avions en quittant Nouméa, la barrière se corail coupe toutes les vagues et nous naviguons sur un lac. Depuis deux jours nous avons eu le grand spi rouge, maintenant c’est la grand COD 0 transparent que j’avais fait réparer en NZ qui nous tire merveilleusement. La mer étant totalement plate nous allons plus vite que le vent dés que nous nous rapprochons du vent de travers, c’est super. Mais ce soir nous avons posé l’ancre sur un haut fond, 10 m! C’est très agréable de se sentir au mouillage, très tranquille, loin de tout, bien au calme!

Merci Nicolas de me tenir informer de ceux qui se passe en France. Merci beaucoup, ici nous n’avons aucune info, ce que tu nous dit est très important. Nous allons essayer de capter des infos australiennes ou RFI.

Yves

Nouveau départ

Nous sommes à nouveau sur le départ.

Le bateau est prèt, les annexes sont à leur lace, la grosse sur le pont et les autres dans les soutes.
A l’intérieur tout s’organise à nouveau pour une grande traversée cette fois!

De Papouasie nous partons pour le détroit de Tores puis, sans nous y arrêter, direction l’ile de Timor orientale pour préparer notre entrée en Indonésie qui devrait se faire, si nous obtenons nos autorisations à temps dans la partie occidentale de la même ile. Une moitié est indonésienne l’autre c’est Timor Orientale, indépendante.

Nous gardons un souvenir ému de la gentillesse et la discrétion de cette population de Papouasie qui vient, en pirogue en bois avec de petits balanciers, le long des bateaux, qui représente un monde inaccessible pour eux, sans jamais nous presser, ni demander, sans que nous ne les invitons à le faire, mais avec toujours quelques bananes, papaye, ou autres fruits qu’il viennent nous offrir!

De bonnes leçons de conduites.

Nous sommes allés à terre hier, et visiter trois village, des constructions en bois et palmes parfois très astucieuses, parfaitement adaptée aux conditions locales, sur pilotis, car lorsqu’il y a des tempêtes, l’eau passe sous toutes les maisons, mais le beau temps reviens et tout retrouve sa place. Nous avons fait connaissance des habitudes locales, du mobilier, les deux seuls qu’ils utilisent, sont tout d’abord une sorte de claie en bambou à 60 cm du sol sous lequel ils font du feu pour fumer les thons. Le seconde pièce de mobilier est une sorte de grande table située aussi à environ 80 cm du sol, qui sert de table ou de lit, éloigné du sable présent partout, sur les quels ils font la sieste, il y mangent et vivent dessus.

Les échangent sont leur seul moyen de se procurer quoique ce soit. Le thon fumé qui grâce à cette manière de le traiter peut se conserver jusqu’à 4 jours. C’est la plus grande monnaie d’échange avec la grande île de Missima ou il y y a un super marché! Là, tout se fait par échange, par exemple un thon de 10 Kg s’échange contre un sac de riz de 10 Kg. Les autres objets d’échange sont des ouvrages en bois sculpté. Hier, ils nous avaient apporté au réveil, le matin, 7 langoustes, nous nous sommes régalé. En particulier hier soir pour notre dîner d’adieu ou nous avons eu une langouste par personne! Délicieux.

Maintenant nous allons partir, il fait très beau, un petit alizé qui devra être de environ 15 nœuds dehors. Il nous faut d’abord finir de traverser le lagon, puis nous allons prendre la grande passe « Du Château » située au sud ouest, pour nous retrouver à nouveau dans la grande Mer, et cette fois pour une traversée de plus de 2000 milles!

Je te donnerais plus de nouvelles lorsque nous serons en pleine mer!

Yves.

Les Louisiades dans deux jours

Nous nous rapprochons, nous pensons arriver dans le grand lagon des Louisiades dans deux jours! Nous avons toujours un bon vent de sud est qui continue a bien nous pousser, mais le vent est moins fort maintenant, et surtout la mer moins grosse.
A bord tout se passe très bien, l’ambiance est très bonne, et l’équipage est très sympa. Nous avons terminé notre gros poisson aujourd’hui. Cette après-midi, nous avons eu un petit thon que nous avons relâché car il était trop petit. Demain nous allons réessayer afin d’en voir à bord pendant notre prochaine escale. Nous empannons en moyenne deux fois par jour, la manœuvre se fait maintenant très facilement.
Ces allures de vent arrière avec un vent chaud et réguler, c’est vraiment très agréable.

Un départ pour la Papouasie

Nous voici en mer depuis deux jours déjà!

Nous avons du vent, entre 10 et 20 nœuds, tout le temps depuis que nous sommes sortis du lagon. La mer est grosse, comme toujours dans le Pacifique, mais nous sommes portant, bien heureusement, un petit peu trop même, nous n’arrivons pas à nous éloigner de l’ile. Mais demain il est annoncé plus d’Est.

A bord, tout s’organise lentement. Les deux équipiers qui ont commencé par être malades, vont un peu mieux, Armin, l’Autrichien escaladeur, est maintenant complètement sur pied, et il fait ses quarts, heureusement, car pour la première nuit nous faisions tout à deux, y compris la nourriture pour tout le monde. Céline pour l’instant se repose, je pense qu’elle sera sur pied demain. J’en profite pour faire des bons plats, ce midi j’ai fait une bonne quiche lorraine, et ce soir ce fut du ris. Lorsque Céline reprendra la cuisine à son tour, ce sera du BIO! Elle a travaillé pendant environ 10 ans dans un magasin Bio, elle s’entend à merveille avec Claire!

A part ça, nous avons crochet un magnifique Mahi Mahi ce matin, Malheureusement, il s’est décroché en ouvrant les deux hameçons, mon leurre était trop faible, demain je vais me refaire un leurre à toutes épreuves car cela nous donnera, je l’espère, de quoi nous régaler.

Voila pour nos premières journées, c’est merveilleux d’être au portant!

Yves.