Bonjour Indonésie

Dili Kupang, 260 milles, 3 jours. Un record de douce lenteur en eau plate et nombreuses activités à bord, Hamam compris.

Approche de Kupang. A 10 milles d’une grande baie dans laquelle nous nous imaginions pouvoir mouiller, nous sommes sortie de notre progression a 2, 1, 1,6 nœuds, et avons mis le Volvo. Évidemment, on s’y est pris un peu trop tard pour arriver de jour. Les abords se sont donc passés au soleil couchant. Comme a l’accoutumée, de gros nuages noirs sont sur les hautes montagnes de ces iles volcaniques. La nuit est là, nous entrons dans la grande baie. Le vent monte. Nous passons une gigantesque araignée allumée qui est une coque haute sur l’eau, pointue et avec deux immenses flotteurs faits de fils de bois. Nous changeons de civilisation ! Pour fêter cela, le vent monte, monte. La pluie s’y mets. Dommage, c’est pas le temps de prendre une douche, on en rêvait tant. Un air froid arrive, on sort les
vestes de cirés. On se croit en Bretagne, la Manche, le froid, euh là non, quand même, c’est un froid surement très relatif.
Évidemment c’est pas très accueillant pendant quelques instants, on retourne au large ? Surtout au moment où le sondeur se met en rideau.
Glurph, j’appelle Yves qui prépare le mouillage. Notre logiciel I Sailor est précis et avec le GPS, tout est ultra précis, mais le sondeur !!! Et puis il revient! Nous croisons une nouvelle embarcation, plus petite mais toujours faites de fils d’araignée. Bien de voir un bateau mouillé là, car rien sur les cartes ne montrent que cet endroit est un mouillage. Nous n’avons que peu de documentation sur ces coins peu fréquentés. Kupang, 350 000 habitants, pas forcement le rêve des yacthies. Le vent se calme, le gros grains est passé. Les fonds diminuent lentement. Armin lance la première ancre, le guindeau se fait entendre, 11 mètres de fond, sur de la Clay, 40 m de chaine largués. Hourra ! Nous y voilà. c’est l’Indonésie.
On déguste avocats, mangues et le meilleur cheese cake jamais fait à bord. On a tous sommeil. Ce matin, réveil, ciel bleu, Armin dans la nuit a mis son hamac entre les 2 bastaques, la brume est là. On ne voit pas la ville, nous sommes seul dans cette immense baie avec de drôles d’installations. Elles ont l’air immobile et doivent être des cabanes de pêche. Le grand calme est là. Tout à l’heure, ce sera moteur, puis galère pour les formalités, police, douane et puis ensuite ….. Lonely Planet nous promet à porté de bus, 3 cascades d’eau turquoise avec une piscine naturelle !!!!
Parce que cote baignade dans l’eau de mer, le joli crocodile vu pendant de longues heures dans le port de Dili nous rappelle que parfois il existe des gens qu’il vaut mieux tenir à distance. Cette navigation le long de la côte du Timor nous a ravie avec les bancs de dauphins qui remontaient le courant, sautant de façon exceptionnelle, jouant … D’autres nous on souvent rendu visite le long de notre coque presque à l’arrêt. Par deux fois une baleine s’est signalée soit par son souffle la nuit et pas loin, soit par ses sauts mais un peu loin.

Lundi 7 décembre 2015, Ouest Timor.

Une réflexion au sujet de « Bonjour Indonésie »

  1. Salut à Thala et son équipage!
    Uhambo est au calme (!) à Richards Bays pendant que son équipage revenu en France prépare activement Noël en famille à Nantes.
    Heureux de vous savoir repartis. Profitez en bien car à partir de l’Afrique du Sud ça sent l’écurie…
    Anne & Alain

Les commentaires sont fermés.