Papou

Bon, on va essayer de les partager ces moments de voyage. Mais pas simple, car remplis de tellement de choses … presques inracontables … car fugitives, personnelles ou trop de pleins de petits moments rigolos, cocasses, photogéniques, délicieux. Alors le gros point, c’est que nous sommes à sec de toile, donc plus de voiles du tout. On a réduit la toile au fur et à mesure, puis affalé la grand voile et au final on a tout rentré. Depuis Nouméa, le vent est entre 10 et 20 noeuds, et oscille de 85°à 120°. Mais depuis ce matin , tout change, nous arrivons en terre papaoue. Plutôt abstrait au départ la Papouasie, nettement incertaine comme escale car  » on aura pas le temps », on ne savais trop si on choisirait en priorité le passage du détroit de Torres et au fur et à mesure, nous sommes montés NW et depuis 13H05 aujourd’hui, la Papouasie Nouvelle Guinée, l’archipel des Louisiades, est sous nos yeux. Surpris par la hauteur des îles tout d’abord pris pour des nuages, nous longeons ces espaces, et prenons le temps de les longer, peut être histoire de se familiariser avec un vrai point d’interrogation. Rien a voir avec les îles du Pacifique déja visitées. Nous sommes hors saison, dans une région où les voiliers y vont très peu, nous sommes au bout de l’océan Pacifique, sur une route de passage pour les voiliers qui font route sur l’Afrique du sud, l’atlantique, et il y a plusieurs années Suez. Il y a aussi les Rallye dont celui de l’Indonésie. Toujours est il que nous avons rencontré Anne et Jacques qui, sur leur « Geoff » ont navigué très longtemps en Indonésie et nous ont passés de précieux documents provenant de diverses voiliers ayant navigué dans ces eaux et ont écrit un véritable guide des mouillages. Anne et Jacques nous ont bien mis en garde contre les erreurs de cartographie informatique. Ils ont vu jusqu’à 3 milles d’erreur. Donc, hors de question de rentrer de nuit dans un lagon. Depuis hier, nous devinions qu’il nous manquerai une heure ou deux pour arriver avant la nuit. Cela s’est confirmé et nous voici donc a sec de toile, dérivant avec 2 noeuds de courant, nous apprêtant a passer la nuit soit à la cape, soit à la dérive. Avant cela, un repas préparé par Armin. Céline prépare le gâteau a la carotte de sa Maman (sans en connaître la recette exacte), histoire d’avoir quelque chose a offrir à ??? un papou ???

L’équipage par 11°27S 153°14E 19H45 le 5 novembre. On pense a vous, tout en se sentant très très loin, de la France, de l’Europe et même de Nouméa.

Bonne journée.

2 réflexions au sujet de « Papou »

  1. Wahoo, vous continuez à nous faire rêver…..Mais qu’allez donc vous faire au pays des réducteurs de tête ?

    A Marseille c’est l’été indien et on en profite pour alterner le tour du Frioul par le Nord ou par le Sud !

    Je vous embrasse;

    Pierre

  2. Claireeee ,

    Moi aussi j’en veux du gâteau a la carotte , sur Thala , à la cape , à proximite des terres de Papouasie !!! Le goût et le chic de ne jamais rien faire comme tout le monde ….
    Mille pensées pour les Thala’s boys and girls , de la verrière de Mourepiane ou je vous rêve ….
    Pensées d’automne , pamplemoussier en fleur dans le jardin
    Pat

Les commentaires sont fermés.