Sur le dos d’une dromadaire

Le vent faiblit, avec une direction qui change inlassablement du 85 au 110.

Cette après midi, avec le taud de protection solaire dans le cockpit et la natte fijienne dans le fond du même cockpit, on se serai cru sur le dos d’une dromadaire. Le cuisinier du jour, Yves en l’occurrence, a sorti sa recette Curry de poisson améliorée avec le lait de coco fraichement fait par Armin. Ce soir, le Mahi Mahi (et Yves) nous régalaient encore avec une quiche à la farine de sarrazin. Changement d’organisation des quarts après petit tour de table ce matin sur la vie à bord. Puisque tout le monde est apte a prendre ses quarts seuls, ils seront de 2h30 chacun au lieu de 3h, soit toutes les 10 heures. La vie est belle, les occupations diversifiées : UNO (jeu de cartes pour les non initiés), douche vitalisante sur plage arrière, un bonheur toujours renouvelé et une découverte pour Céline et Armin, et l’étude de notre première destination nous ont bien occupé.

Un empannage nous permet de faire de l’école de voile et route sur l’archipel des Louisiades que nous aborderons par la face nord. Notre vitesse baisse avec le vent qui est passé en dessous de 10 noeuds. Ce sera bon pour la pêche !

0h30 le mercredi 4 novembre par 11°49 Sud et 156°39 Est.

Mahi Mahi

Les nouvelles furent rares ces derniers mois, donc, en voici des toutes fraiches. Aujourd’hui, 1er novembre, nous voguons par un beau dimanche, soleil, mer belle, vent portant et, et et un Mahi Mahi, ou dorade coryphène sur le pont depuis 9h du matin. Une heure pour le remonter, il était vraiment nerveux, mais l’expérience est la maintenant et Yves l’a bien croché au final. Nous étions devenus pessimiste quand à nos dons de pêcheurs, mais tout va bien. Des filets tous simples à la poêle, avec de la polenta et une sauce élaborée par Armin, relevée à souhait et accompagnées de tomates persil. Un plat pour gastronomes heureux.

C’est le troisième jour de mer, l’équipage se compose de Yves, tout satisfait de voir le bateau ou tout marche impeccablement, et Céline et Armin avec qui nous partageons cette nouvelle aventure. Ils sont français et autrichien adorable, vite amarinés, et participent volontiers a tout. Cuisine, manœuvres, jeux de cartes, quarts, règles du bord, tout se passe agréablement, sous ces tropiques qui deviennent chaque nuit plus chauds.

Nous sommes tout simplement bien et tout va bien. 17°sud 160°est. Cap sur la Louisiade. Pas sur de pouvoir y aller, nous sommes sans visa, contrairement à l’Indonésie pour laquelle le fameux permis de navigation devrait être bientôt prêt. Nous sommes en liberté conditionnée à l’administration mais la vie est belle et profitons pleinement de ces
moments.

Claire.

Un départ pour la Papouasie

Nous voici en mer depuis deux jours déjà!

Nous avons du vent, entre 10 et 20 nœuds, tout le temps depuis que nous sommes sortis du lagon. La mer est grosse, comme toujours dans le Pacifique, mais nous sommes portant, bien heureusement, un petit peu trop même, nous n’arrivons pas à nous éloigner de l’ile. Mais demain il est annoncé plus d’Est.

A bord, tout s’organise lentement. Les deux équipiers qui ont commencé par être malades, vont un peu mieux, Armin, l’Autrichien escaladeur, est maintenant complètement sur pied, et il fait ses quarts, heureusement, car pour la première nuit nous faisions tout à deux, y compris la nourriture pour tout le monde. Céline pour l’instant se repose, je pense qu’elle sera sur pied demain. J’en profite pour faire des bons plats, ce midi j’ai fait une bonne quiche lorraine, et ce soir ce fut du ris. Lorsque Céline reprendra la cuisine à son tour, ce sera du BIO! Elle a travaillé pendant environ 10 ans dans un magasin Bio, elle s’entend à merveille avec Claire!

A part ça, nous avons crochet un magnifique Mahi Mahi ce matin, Malheureusement, il s’est décroché en ouvrant les deux hameçons, mon leurre était trop faible, demain je vais me refaire un leurre à toutes épreuves car cela nous donnera, je l’espère, de quoi nous régaler.

Voila pour nos premières journées, c’est merveilleux d’être au portant!

Yves.