Les nouvelles de Savusavu pour les mois de Mai et Juin 2015

Après le départ de Tran, je me retrouvais seul à bord, comme à Opua.

Je commençais par organiser mon approvisionnement en nourriture, mais très vite je me suis aperçu que, certain restaurants locaux, étaient tellement bon marchés, qu’il était plus pratique d’aller à terre à midi, me restaurer tout en me changeant les idées, et revenir au bateau après, pour faire une petite sieste.

Ainsi, j’allais souvent, dans plusieurs restaurants, ou je trouvais de très bons currys, « lamb » ou « chicken », des « fried rice » délicieux ou des « fish and ships » à 5 $FJ soit environ 2,5 €. Pourquoi s’en priver ?

A bord, je commençais par les travaux de vernis intérieurs, il y avait eu des infiltrations d’eau de mer, et à certains endroits, des taches noires grandissaient, au bas de la porte de WC par exemple.

Aussi, je me mis à poncer ces endroits en faisant bien attention de ne pas empirer le mal. J’avais à ma disposition de l’eau oxygénée et de la javel. J’ai traité les bambous par alternance, et je suis arrivé à un résultat. Pas aussi bon que j’avais imaginé, mais mieux que ce qu’il y avait avant.

Aussi j’ai décidé de reprendre tous les endroits que je savais être abimés, et j’ai passé environ deux semaines à tout poncer, et à revernir après.

Puis ce fut au tour du groupe électrogène. Lire la suite

Savusavu, une semaine avec Tran

L’arrivée à Savusavu commença par une série de souvenirs. Nous avions quitté Savusavu l’an passé il y a juste 9 mois !

Il fait beau, il fait chaud.

Tran me demanda s’il pouvait rester et dormir à bord, son avion ne partant que dans six jours.

Pas de problèmes, nous avions passé cette première semaine ensemble, une seconde ne pouvait que bien ce passer, ce qui fut le cas !

Je suis allé retrouver cette petite ville, en faite cela ne faisait pas longtemps que je l’avais quitté.

La grande rue, et surtout le marché, agrandi aujourd’hui avec une nouvelle aile pour la vente de poison ou chacun a une grande glacière avec tous les poissons à l’intérieur.

A coté ce sont les légumes, souvent tenu par des indiennes, puis les fruits, spécialités des Fidjiennes.

C’est Tran qui fait les courses, il choisi des papayes, des ananas, des fruits exotiques que je ne connais pas, mais qui sont très bon et surtout des pastèques, il en mangera tout le temps ! Cela lui rappel son pays, et en Nouvelle Zélande ce n’est plus la saison !

Nous rencontrons d’autre plaisanciers, en particulier un jeune couple US avec un petit garçon, Thomasi. Ils ont l’air très sympa, nous les invitons à manger un soir.

C’est Tran qui fait la cuisine, il y passera toute la journée, et le résultat est très apprécié. Lire la suite