Opua le retour

La fin de notre traversée fut très rapide.

Le vent venant du sud nous avons tirés des bords jusqu’á l’arrivée. La mer était grosse, mais nous passions bien.

Lorsque nous avons commencé á reconnaître la côte, nous sentions que nous étions réellement arrivé. L’entrée dans la profonde baie de « Bay of Islands » fut toujours au près mais sans vague, c’était parfait.

Puis ce fut le passage dans le chenal et l’amarrage au quai des douanes.

Nous étions exactement á l’heure annoncée dans notre mail donnant nos ETA [heures estimées d’arrivée] que nous avions envoyé deux jours avant !

C’est amusant de se retrouver lá au même endroit six mois après ! Lire la suite

En plein baston!

Ça y est, on est en plein milieu, du baston!!!

30/35 nœud de vent au prés! Heureusement nous l’avions un peu prévu, ce qui
fait que nous sommes remonté avant autant que possible afin de ne pas être
au prés serré. Actuellement nous sommes à environ 60° du vent ce qui nous
permet de marcher vite, 9/10 nœuds sur le fond. Heureusement car il nous
tarde que ça s’arrête.

A bord tous les capots sauf un sont étanches, j’avais passé toute la
matinée à les régler, sauf un, mas pour les autres, ça fonctionne bien. Je
suis maintenant de quart, Vincent est allé se reposer. Nous avons décidé de
faire des quarts de 2 heures exceptionnellement cette dernière nuit. Avant
nous avons fait des quarts de 4 heures que l’on alternait chaque jour,
c’était parfait.

J’espère que mon prochain message sera dans des conditions plus calmes d’Opua.

Yves.

Plus que 390 milles!

Mais cette fois ci nous sommes au moteur, c’est cette nuit que le vent est
tombé, vers les 5h du matin. Nous avons tout affalé et progressons
maintenant au moteur, un petit vent de 2/3 nœuds, pas assez pour contrer
les vagues qui ce matin sont plus grosses qu’hier.

A bord tout est calme, juste une fuite de courrant dans la coque par le moins cette
fois ci, ici je ne peux rien faire avec des appareils obligatoirement en
marche, je m’y mettrais dés mon arrivée!

A part ça tout va très bien, nous pensons arriver vendredi soir ou samedi
dans la journée si le vent reprend raidement. Avant cette saute de vent
nous avions fait une moyenne de l’ordre de 7/9 nœuds, ce qui est vraiment
super!

Yves

Plus que 450 milles!

Voila le vent qui ne nous lâche pas, ou du moins pas encore. Pour l’instant
nous continuons à faire notre route directe à 8/9 nœuds de moyenne!!!
Pour l’instant tout va bien à bord, la nourriture est bonne, il faut tout
manger avant l’arrivée! Puis la mer est plate, sans vague, seulement une
longue houle qui ne nous dérange pas, dans la mesure ou nous avançons!
J’espère que demain ça va continuer, mais j’ai vu que l’anticyclone
approche et va couper notre route! On verra.
Yves

Des nouvelles du bord à partir de la terre..

Le bateau navigue bon train avec Yves et Vincent qui savourent leur navigation dans de très bonnes conditions.  C’est le tout début de la saison pour descendre sur la Nouvelle Zélande mais le créneau météo est bon. Le seul risque aujourd’hui est qu’ils trouvent des vents un peu trop légers, mais la voie est libre côté grosse dépression du sud au moins jusqu’au 13 octobre.  Les 2 jours précédant le départ ont été bien chargé et nous ont sorti de notre rythme fijien. Les dernières navigations dans les Yasawa et le mouillage de Musket Cove avec nos bateaux amis ont effectivement été très Fiji Time. On adore, on vote pour  !  La vie y est si belle, si riche !

Mais le temps de migrer est là, le créneau météo est bon, alors, si la météo le dit, on se bouge. Le RDV avec les customs est pris pour vendredi, on ne peux plus reculer, on se bouge. Levé 6H30, couché tardif, sieste sucrée, il fait chaud.

Yves prépare notre bateau,  je prépare ma valise, les enfants sont mis à contribution entre les séances jeux piscines relax  plage cocotiers … dont nous profitons aussi. Nous nous proposons avec Gwenn, l’épouse de Vincent, pour l’approvisionnement. Accepté à l’unanimité. Tentons de répondre au mieux à leurs envies. Les gâtons. Chocolat blanc ou noir (du luxe aux Fiji) , épicé pour tous les deux le curry de goat chez Fiji Meat, fumé le chicken tout prêt, coupées les tranches de salamis (rarissime ici), lardons pour les quiches de Yves, petits gâteaux variés, bref, trois heures de courses à Lautoka, profitant encore une fois de ce merveilleux marché.

Pour la première fois nous nous sommes écartées des seuls fruits du paradis fijien, ananas, papaye, citrons, bananes, (les mangues commencent à peine) complétant au super marché avec des 4 pommes, 4 poires et 8 oranges importées pour qu’ils aient bien du frais jusqu’au bout.  Sans oublier des rotis pour créer des lasagnes façon été 2014, en remplacement de ces belles plaques que nous avions trouvées incrustées d’animaux surprises …. on aurait dit des fossiles dans des plaques de lasagne.

Mais pour ma part, c’est le retour anticipé par avion à Marseille où m’attendent quelques occupations récurrentes ces dernières années. En escale avion à Auckland, ces quatre mois de navigation entre la Nouvelle Zélande, les Tongas et les Fiji rentrent insidieusement  au rang des doux souvenirs, où se mêlent savoureusement, enfants, amis fijiens, bateaux amis, mouillages fabuleux, lumière, bleus animés sous nos yeux extasiés par les marées et les plateaux coralliens, cocotiers toujours aussi fous, baignades tropicales, découvertes d’îles enchantées, nous faisant intensément apprécier les tropiques, les îles, la communauté des yachties et les fijiens.

Fijiens, on le deviendrait bien.  L’hiver seulement.

Yachties nous sommes.   Notre autre monde !

Claire, Auckland le 6 octobre.

Le premier jour de navigation

Voici notre premier jour a deux.

Tout se passe bien à bord, nous avons mis au point les heures de quart, nous avons fiat de la cuisine, et demain nous ferons du poulet à midi! Le vent est très stable, maxi 32 nœuds , mini 16 nœuds, le bateau oscille entre 7 et 10 nœuds à 60° du vent, à cet allure, 60° du vent, il ne tape pas, ce qui est bien agréable. Il commence à faire froid, mais c’et pour l’instant tout à fait supportable, dans quelques jours ce sera différent!

A bientôt / Yves.