De Rangiroa

Les jours passent, au mouillage, en toute sécurité, deux ancres empennelées, 14 m de fond, une barrière de cocotiers du coté d’où vient le vent, un beau soleil.

Au mouillage six catamarans, six voiliers monocoques de voyage, Français, Canadiens, Anglais, Allemands, et d’autres sans pavillons. A terre un magnifique hôtel dont les chambres sont de petits farés sur pilotis, les pieds dans l’eau, avec des toitures pointues faites en palmes tressées. Autour derrière la plage de corail blanche des cocotiers bercées par les alizés d’Est Sud Est.

Thala en baie de Otetou a Rangiroa

Un paysage idyllique, des images telles que celles que l’on trouve dans de nombreuses publicités, un vent chaud, 26° et une mer autour de 30, 35°. Un vrai bonheur !

Mais une fois l’ancre mise à l’eau il est difficile de repartir !

A Taiohae dans la grande baie de l’ile de Nuku Hiva, aux Marquises, nous sommes presque restés trois semaines, toujours actif, toujours plein de choses à faire, mais le temps passe sans que l’on s’en aperçoive. D’autres bateaux, d’autres projets, d’autres navigateurs, avec ou sans familles, enfants, seul ou avec des amis, mais tous à souhaitant un échange, se connaître, discuter, la phrase classique lorsque l’on commence à parler, d’où viens tu, ou vas tu ?

Nous avons connu ainsi le célèbre Henri, restaurateur du café restaurant du quai ou nous laissons les annexes, c’est le passage obligé, le lieu de rendez vous de tous les équipages qui débarquent dans cette petite capital des Marquises.

La baie de Taiohae

Nous y avons connu beaucoup de monde, le soir notre table était partagée par plus d’une douzaine de voilleux de toutes nationalités, suisses, allemands, américains, français en majorité, néo-zélandais, maoris, anglais, etc.

Un grand plaisir de rencontrer tous ces gens. Lire la suite