Hans qui est de quart cuisine aujourd’huit

Depuis notre départ l’atmosphère a totalement changée: d’abord nous ne sommes plus au près, puis il ne pleut plus, un superbe soleil, mais pas trop chaud. Ce ne sont plus les chaleurs humides de Panama, la nuit il faut se mettre une petite laine. De jour, nous avons allongé le bimini et baissé la capote de descente, cela nous donne des endroits abrités et d’autre pas, nous avons le choix.

En partant des Galapagos, la mer était calme, avec 10/15 nœuds de vent, venant du 120°, un vrai bonheur! Je ne comprend pas comment expliquer un tel changement, mais nous en profitons bien. Lire la suite

72 heures aux Galapagos

Comment te parler des Galapagos en quelques lignes!

En deux mots j’ai été très surpris.

Tout d’abord la première approche: Mer grise, semblable à celle du nord, avec de la bruine, vent dans le nez, fort, une nuit nous avions deux ris trinquette! Ciel plombé très nuageux depuis Panama, et à l’arrivée tout était dans la brume et les nuages, surtout sur le haut volcan de l’ile (800 m de haut). Nous avions préféré attendre le grand jour pour atterrir. Le soir, nous sommes arrivé à la tombée de la nuit aussi nous avons tirés un grand bord vers le sud pour attendre le levé du jour, mais nous sommes allés un peu loin! d’où le grand S sur la carte.

Nous avons finalement atteins une petite baie très accueillante, avec de nombreux bateaux et quelques voiliers. L’agent que nous avions contacté par mail était dans une autre baie, et nous avait conseillé d’aller dans celle ci car elle était mieux abritée, ce qui était le cas. le vent était quand même d’environ 20 nœud dans la baie. Lire la suite

L’équateur

Çà y est, nous avons passé l’équateur!

Ce fut un grand moment, même si nous n’avons pas sauté à l’eau comme certaines traditions le proposent, nous avons fêté çà de nuit, à 2 heures du matin exactement. Il y avait 25 nœuds de vent, au près, avec de la pluie, mais cela ne nous a pas arrêté, mais nous nous sommes fait douché. Lire la suite

On approche

Il semble que orages puis crachin, plafond bas et gris, pluie, fraicheur nocturne soient derrière nous.

Ici, nulle trace de paysages inconnus mis à part les oiseaux qui ne sont pas de chez nous. Chez nous, cela pourrait être la route Bretagne-Açores. D’ailleurs, nous ne nous habituons que lentement à voir sur la carte ce continent sud américain que l’on prend au premier abord pour l’Afrique. On ne change pas d’océan comme cela, surtout qu’en gros, pour l’instant, on y parle la même langue. Lire la suite

Nous prenons le rythme de croisère

Nous prenons le rythme de croisière, nous avons mis du temps à calculer les temps des quarts. Quatre heures, ou trois heures? Actuellement, nous testons quatre heures. Nous allons jusqu’aux Galapagos comme çà, et nous changerons après si nécessaire.

Après un départ sans vent avec beaucoup d’orage au-dessus des terres, nous avons eu une journée très maussade puis hier avec un gros orage, cette fois ci, au-dessus de nos tètes, à faire frémir, nous n’avions pas besoin de lampe torche la nuit tellement il y avait d’éclairs! Lire la suite

Le pacifique

Nous sommes finalement parti avec un peu de retard, deux jours seulement sur notre planning!

Mais il y avait de bonnes raisons: A deux reprises, un jour après l’autre, même scénario! Une matinée merveilleuses avec un beau soleil, nous en profitons pour fignoler les derniers préparatifs, puis en fin de matinée alors que tout est prêt, un gros nuage apparait sur la ville de Panama. En moins d’un quart d’heure, c’est un déluge, Lire la suite

La course aux frais..

Alors toujours à quai.

Belle journée aujourd’hui grâce aux courses de frais à faire. Nous sommes allé dans un marché merveilleux.

Du gros et du détail : des échoppes type marché aux puces de Marseille pour donner une vague idée mais avec par exemple un conteneur/magasin sur remorque rempli de bananes vertes. Que des bananes dans un 40 pieds. Beaucoup d’échoppes sont spécialisées dans un ou trois produits. Nous avons dégusté du jus de canne à sucre frais et mangé une belle assiette complète dans cet endroit incroyable. Dans l’échoppe restaurant, Yves a je crois sincèrement compris que la jeune fille proposait de choisir le plat dans la cuisine. Yves et Hans ont alors passé la porte et là, j’ai compris qu’il y avait mal donne. Pas de problème, ils sont ressorti avec la cuisinière qui riait. Elle a du franchement être surprise de voir ces deux grands gaillards faire une inspection méticuleuse du contenu des gamelles sur les feux. Lire la suite